dimanche 6 mars 2016

2014 – Master Obayashi's Hijiri Hojicha, Okumikawa, Aichi, Japon, Postcard Teas

Dégustation du 5 mars 2016


Informations et provenance : Bon ! Maintenant que je suis à jour dans mes dégustations... xD
Voici un échantillon gentiment offert par Sébastien (Vacuithé), que je remercie d'avoir accepté de se départir de quelques grammes de son Hojicha choucou. ^^ Il le présente d'ailleurs très bien donc je lui laisse la parole, et sinon pour ceux qui lisent l'anglais, la version 2015 de ce même thé est encore disponible avec une petite présentation sur Postcard Teas.



Détails d'infusion : 4 gr. / 100 ml en "Prosperity Teapot" de Lin's Ceramics. Eau filtrée Brita, maintenue entre 80 et 90°C en Glass Kettle. Pas de rinçage. Temps d'infusion : 25s. - 1m. - 4m. - dernière au jugé. Total de 4 infusions.


Vue : Outre le petit mot adorable de Seb, les feuilles sont intéressantes. Elles sont dans des teintes que l'on attend normalement d'un Hojicha, allant d'un doré désaturé au brun clair, et sont constituées d'un mélange de feuilles et de tiges -- de toute évidence, il s'agissait d'un Kukicha avant d'être torréfié.
Je suis surpris par la quantité d'écume que forme ce thé. La liqueur sinon est ambrée et me rappelle la teinte d'un whisky vieilli ou d'un bon cognac.


Odeur : Les feuilles sèches dans leur petit sachet dégagent des effluves de miel et de grillé, le type d'odeur qu'on peut sentir quand on vient de démarrer un feu de camp, avant que le bois ne se calcine. Dans la théière chauffée, c'est le pain grillé qui ressort surtout, avec une petite pointe de tabac et d'écorce.
En revanche, sous le couvercle, à la surface de la liqueur et dans les feuilles mouillées, il n'y a qu'un parfum : popcorn ! Et il est entêtant, il reste longtemps dans le nez.
Finalement, le fond de tasse est sucré et mielleux, avec quelque chose de légèrement floral qui me rappelle le trèfle.


Goût : La liqueur est plutôt douce, avec des saveurs grillées et charbonneuses qui se transforment en miel léger. À partir de la deuxième infusion, j'ai une petite fraîcheur sur le bout de la langue qui apparaît quelques secondes après avoir avalé la gorgée.
Ce sont des saveurs qui demeureront avec moi tout le long de la dégustation, tantôt plus fortes, tantôt plus effacées, mais toujours réconfortantes. C'est bon, j'aime bien.


Texture : La liqueur est ronde, épaisse mais fluide, sans aspérités. Il y a une petite... amertume ou astringence ? Enfin c'est très léger, à peine perceptible, mais ça assèche légèrement le palais sans toucher à la langue. Sur la deuxième infusion il y a des petites sensations joueuses qui passent en frissons de la langue aux joues, c'est très spécial. À la troisième infusion, j'ai un picotement dans la gorge, mais la dernière est aussi lisse et fluide que les deux premières.
La première infusion n'avait pas une grande longueur en bouche, mais avec la deuxième qui était infusée plus longuement c'était nettement mieux. Dans tous les cas, c'est une boisson qui réchauffe l'intérieur dès la première gorgée, pile ce dont j'avais besoin hier alors qu'il faisait si froid.
Une petite fausse note peut-être, il y a une sensation étrange, quelque chose qui bloque au niveau du coeur -- c'est une sensation que j'ai souvent avec les shu, mais alors qu'avec ceux-ci elle est désagréable et contraignante (et inévitablement suivie de manifestations physiques plus pénibles), ici c'est simplement comme un petit poids à ce niveau. Ça rend l'expérience un peu étrange.


Sons : Sans raconter ma vie... ^^ Ma période "Boys Band" d'adolescence a duré exactement un an et demi -- le temps de tenter de m'intégrer auprès de mes copines de classes, d'échouer et d'accepter cet échec. C'était la fin des années 90 cela dit, ce qui signifie que j'arrivais juste à temps pour voir se décupler les groupes de musique à la qualité douteuse mais très populaire auprès des jeunes : Backstreet Boys, Spice Girls, 2 Be 3, G-squad... etc.
De cette période musicalement horrible de ma vie, je n'ai gardé qu'une seule pièce : "Yearbook" des frères Hanson. C'est une chanson un peu étrange, qui a une sonorité très différente de toutes les autres qu'on retrouve sur l'album sur lequel elle est sortie. J'ai toujours été persuadé qu'elle parlait du suicide ou du décès d'un enfant, mais ça n'a jamais été confirmé.
Quoi qu'il en soit, je la choisis aujourd'hui pour sa sonorité un peu "gritty", complexe mais dont les éléments forment un tout chaotique un peu difficile à décortiquer -- à l'image de ce thé.



Couleurs : Les teintes sont désaturées -- un amas de plumes orangé clair, brun et beige sur un fond chocolat sombre. Quelques pointes de vert ici et là traversent ce qui me donne une impression de champ d'automne après les récoltes.

4 commentaires:

  1. hello !
    ta première infu me paraît un peu courte.
    avec ce thé je ne fais que 2 infusions : 2 et 4 minutes, et à l'eau bien chaude.
    ça explique sans doute que tu l'aies trouvé un peu light au début.
    byebye !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vais le retester avec tes paramètres la prochaine fois ! Je voulais tester avec les miens d'abord, au cas où. :D
      Merci à toi ! ^^

      Supprimer
  2. Ah, le fameux Hojicha de chez Postcard Teas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Huhu, dire que je n'en avais jamais entendu parler avant d'en recevoir un petit sachet... ^^

      Supprimer