samedi 5 mars 2016

2011 – Da Ye Qing Bing, Mengku Rongshi, Mengku, Shuangjiang, Lincang, Puerh Asia


Informations et provenance : Voici une dégustation faite entre janvier et mars 2014. À la relire aujourd'hui, je réalise aux descriptions que j'étais passé à côté de ce thé cette fois-là -- les notes de légumes et de cuir que j'y décris sont littéralement à côté de la plaque. Je met en cause soit la purion, qui est franchement mal adaptée pour les sheng un peu fruités, soit une phase de changement du thé qui lui aura donné des saveurs étranges pendant un certain temps. Mon inexpérience en matière de puerh est également une source possible de confusion, mais à l'époque j'avais déjà goûté une bonne quantité de thés différents, donc je doute que ça ait été l'unique cause. Quoiqu'il en soit, je poste ceci tel quel parce que c'est assez marrant -- et la différence sera d'autant plus évidente lorsque je referai une dégustation en bonne et dû forme.

Achetée au printemps 2011 via Olivier (Puerh Asia / Puerh.fr), cette galette de catégorie entrée de gamme chez Mengku Rongshi a passé presque trois ans maintenant en stockage québécois. C'est l'heure de voir ce qu'elle donne...
À moins que je ne me trompe, elle n'a pas encore été discutée sur le net. En revanche, outre chez Olivier, on peut la trouver sur Yunnan Sourcing (mais pas en stockage québécois ^^), où il est d'ailleurs inscrit qu'il s'agit d'une galette du terroir de Yong De -- à moins que je me trompe, il s'agit là d'une erreur puisqu'il me semble que cette Da Ye Qing Bing provient bien de la branche principale de Mengku Rongshi et non de leur annexe à Yong De. Dans le cas d'une méprise, je veux bien qu'on me corrige...


Détails d'infusion : 6 gr. / 100 ml en Purion de Lin's Ceramics. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en Glass Kettle. Rinçage flash. Temps d'infusion : 5s. - 5s. - 10s. - 10s. - 15s. - 15s. - 25s. - 25s. - 35s. - 40s. - 40s. - 55s. - 70s. - 90s. - suite au jugé. Total de 16 infusions.


Vue : De prime abord, c'est une galette de compression moyenne -- plutôt aisée à décortiquer à la surface, la matière est nettement plus serrée au centre et il faut bien creuser pour en tirer un morceau (bon, c'est pas non plus un jincha ou un tuo...). Les feuilles cela dit sont très belles -- brunes avec quelques accents de vert et de jaune, comme pour nous montrer leur lente transformation.
La liqueur est très écumeuse, c'est bien un thé de printemps. D'un jaune clair saturé, elle passe lentement à l'orange au fil des infusions.


Odeur : Les feuilles fraîchement extraites de la galette sont plutôt parfumées -- on est sur un pôle ample et sucré de pâte de fruits, de friandises mentholées et de sirop. Dans la théière chaude, le fruité demeure et gagne des parfums légèrement boisés un peu secs. Mouillées, elles me rappellent les légumes amers (rapinis, brocolis, chou au wok).
Dans le couvercle, j'ai la surprise de découvrir des notes animales de cuir tanné, lesquelles se transforment rapidement en musc sucré, puis en sucre de fruits. J'y perçois quelque chose qui me rappelle les fruits exotiques, un mélange d'ananas et de papaye peut-être, auquel se joint après quelques secondes un parfum d'abricots mûr absolument renversant.
La liqueur a des odeurs presque médicinales de basilic et de romarin frais, tandis que le fond de tasse est discret, fait de parfums musqués et de ce cuir retrouvé sous le couvercle. 


Goût : La première infusion commence fort, avec des notes d'amandes trop grillées et de légumes cuits au wok (brocoli, chou nappa). Ça donne faim, surtout avec cette petite amertume qui porte bien les saveurs et les garde longtemps en bouche.
La deuxième infusion est plus amère, le pôle légumier est plus présent. Ça me rappelle les rapinis, qu'on appelle aussi brocoli-rave si ma mémoire est bonne -- un légume particulièrement amer mais très frais s'il est bien apprêté.
Les infusions suivantes sont toujours amères et n'évoluent pas énormément, mais deviennent plus douces en fin de bouche. À ces notes de légumes persistantes s'ajoute une belle finale mentholée qui prend de plus en plus d'importance au fil des infusions.

Texture : La texture est étonnamment douce, avec une épaisseur rappelant la crème d'amandes. Une pointe de fraîcheur joueuse chatouille le bout de la langue et les gencives à partir de la troisième infusion. Comme mentionné dans le dernier paragraphe, l'amertume maintient les saveurs en bouche très longtemps, et une belle rétro-olfaction ramène un peu de fruits sur les trois dernières infusions. Pourvu qu'on dose un peu ce thé a une belle endurance, en revanche je n'ai pas noté d'effet sur le corps particulier, ce qui en soi est un peu décevant.


Sons : Cette dégustation avait été accompagnée de la chanson "Winter" par Tori Amos. J'aimerais bien vous donner une explication, malheureusement mes notes n'en donnent pas -- j'avais le titre de la pièce et c'est tout (classique de mes prises de notes). Si la dégustation avait été fidèle à ce que me donne habituellement ce thé, j'aurais pu deviner ce que j'avais en tête, mais là... xD 
Dans tous les cas, c'est une chouette chanson. ^^



Couleurs : Un amas de spirales jaunes et orangées tournoient, explosent et se reforment sur un fond vert acide très texturé. L'arrière-plan noir est à peine perceptible derrière ces petites explosions de lumière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire