mercredi 24 février 2016

Test en Aveugle : Échantillon "B" de Bannacha


Informations et provenance : Fin janvier 2014, sur le Forum des Amateurs de Thé, se tenait une OS (Opération Spéciale) un peu particulière en collaboration avec William de Bannacha : quatre thés, quatre puerh sheng, offerts dans des petites enveloppes brunes étiquetées non pas par leur nom mais par une simple lettre. Le but ? Permettre aux membres de déguster en aveugle chaque thé afin d'offrir une perspective absolument neutre et des retours objectifs.
Je dois avouer que j'ai une grande tendresse pour ce concept, que je trouve à la fois intéressant et instructif. À lire les retours sur le forum, beaucoup de membres ont été du même avis que moi !
Voici donc mes commentaires sur l'échantillon "B", livrés tels qu'ils ont été pris au moment de la dégustation qui a eu lieu quelque part fin février ou début mars 2014 si ma mémoire est bonne (les noms des thés n'étaient pas encore révélés).


Détails d'infusion : 5 gr. / 150 ml en terre DuanNi. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion :10s. - pause pour manger - 10s. - j'arrête. À re-tester dans un an ou deux.


Vue : L'échantillon est bien délité -- je ne retrouve qu'un seul petit morceau de galette, ce qui m'indique qu'il doit s'agit d'un thé très peu compressé. Il y a beaucoup de feuilles cassées mais également une belle quantité de bourgeons, le tout dans des teintes de kaki désaturé.
La liqueur est jaune clair vif et plutôt limpide. Un peu d'écume se forme à la surface du thé au moment de verser, mais elle s'échappe vite et "fond" dans la liqueur, ce qui la rend difficile à prendre en photo.


Odeur : Les feuilles sèches ont un parfum très frais qui me rappelle la montagne : aiguilles de pin et vent d'altitude, avec quelque chose d'un peu plus boisé et résineux peut-être. Dans la théière pré-chauffée, en revanche, je retrouve des odeurs fruitées, quelque chose de difficilement identifiable à mi-chemin entre le raisin sec et la peau de raisin frais. Les feuilles mouillées ont une odeur légèrement acide qui là encore me rappelle les aiguilles de pin (j'aimais les mordre quand j'étais jeune, c'est le même type de sensation que je retrouve au nez), en revanche dans le couvercle ce sont plutôt des herbes aromatiques -- romarin, herbes de Provence, basilic frais peut-être.
La liqueur elle-même est plutôt fragrante, à mi-chemin entre la résine, les herbes aromatiques et le raisin, et le fond de tasse a une jolie odeur fraîche et fruitée, là encore dans la gamme du raisin sous toutes ses formes : frais, sec, voire même fermenté. ^^


Goût : Ma première réaction en trempant les lèvres dans la liqueur en est une de surprise : "Ouah ! Belle acidité ! 8D"
Pas mal d'amertume aussi dans cette première infusion, ça laisse découvrir quelque chose d'un peu frais (camphre ?) en bouche, avec une balance agréable de notes de cuir et de fumée sur une base très végétale (tiges, sève de feuillu).
Bon, c'est joli tout ça mais mon estomac va souffrir si je ne mange pas quelque chose pour lui protéger les parois, donc... pause ! Et j'y reviendrai.
La deuxième infusion, après une longue pause d'une heure et demi, est toujours très amère avec les notes de cuir et de fumée que j'avais décelé plus tôt. C'est plutôt bon et intéressant, mais là malheureusement je ne peux plus : c'est trop acide, trop vif pour mon pauvre estomac qui proteste.
C'est pas grave ! J'y reviendrai dans un an ou deux ! Vu la quantité d'échantillons que j'ai chez moi de toute façon, je ne serai pas en manque de thé d'ici à ce que les feuilles s'assagissent un peu. Je vous donne donc rendez-vous quelque part en 2015 ou 2016 pour revisiter ce thé. ^.~


Texture : Rond mais fluide, astringent, râpeux après avoir avalé la liqueur -- il y a beaucoup de choses qui se passent et franchement, ça me peine du coup de devoir mettre l'échantillon de côté. J'espère que ça sera toujours présent au moment d'y revenir !


Sons : La pièce "Session" de Linkin Park est instrumentale, très rythmée plutôt que mélodique -- c'est une pièce qui a tendance à me donner une impression d'être à vif ("raw" comme disent les anglophones). Elle est parfaite pour écrire, parfaite pour se mettre dans un état de transe et parfaite pour mon état d'esprit au moment de plonger dans l'inconnu de cette dégustation en aveugle.



Couleurs : Flashs de vert pomme, de jaune vif et d'orangé sur une base de blanc, avec des ombres grises, brunes et noires aux périphéries. L'image, contrairement aux mouvements lents et rotatifs de la plupart des couleurs que je vois, n'est perceptible que par "explosions" ou plutôt "éclairs" -- c'est sombre, et soudain brusquement pendant une fraction de seconde j'entrevois une masse de couleurs, puis ça redevient sombre. Et pourtant il y a une partie de mon "oeil mental" qui perçoit sans souci les couleurs et les formes tranchantes et incisives. C'est un peu perturbant, mais très intéressant de constater à quel point ces couleurs peuvent se percevoir différemment les unes des autres...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire