mercredi 24 février 2016

2001 (?) - Liu Bao Cha, Thés de Chine


Informations et provenance : Échantillon généreusement offert par Sébastien (Vacuithé), dont il parle ici. Il s'agit d'un Liu Bao (un Hei Cha semblable au puerh shu dans sa fabrication) d'année inconnue mais estimée à 2001, en provenance de la boutique Thés de Chine.


Détails d'infusion : 6.5 gr. / 200 ml en Easy Steep Teapot de Lin's Ceramics. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en Glass Kettle. Deux rinçages. Temps d'infusion : 15s. - 10s. - 15s. - 20s. - 25s. - 30s. Arrêt pour cause de gargouillis...


Vue : C'était la première fois que je voyais un Liu Bao, du coup je suis un peu étonné par l'aspect de ce thé constitué de toutes petites feuilles sombres recouvertes de poussière, pour la plupart relativement droites, ainsi que d'une certaine quantité de brindilles. En fait, nonobstant le fait que les feuilles sont courtes, peu courbées et beaucoup plus foncées, il possède une qualité qui me rappelle énormément le Shu Ya, ces bourgeons de puerh qu'on pouvait autrefois récupérer via Olivier et dont j'ai fait un compte-rendu ici.
La liqueur, bien que d'un rouge-orangé soutenu, est remarquablement claire -- j'ai l'habitude avec les shu de retrouver une liqueur plus ou moins trouble, mais ici pas du tout (évidemment, je vous dis pas la quantité de poussière retrouvée dans l'eau de rinçage...).


Odeur : L'odeur des feuilles sèches est franchement peu perceptible -- à vrai dire je ne sens rien du tout, à l'exception peut-être d'une vague odeur de poussière. Dans la théière chaude, elles se réveillent et dégagent un parfum étonnamment spécifique de pain en train de cuire.
Les feuilles humides sentent bien le terreau par contre, odeur que l'on retrouve à la surface de la liqueur et dans une certaine mesure sous le couvercle. Et le fond de tasse ? Surprise ! Musc et sucre chauffé, à mille lieues du reste des odeurs de ce thé.


Goût : La première infusion était très puissante, portée sur des notes de terreau peu agréables -- pour une fois surinfusée au lieu du contraire. J'aurais peut-être mieux fait de lire le compte-rendu de Sébastien avant de m'y mettre, mais voilà, c'est trop tard.
Les infusions suivantes en revanche sont beaucoup mieux. C'est intéressant, léger et frais (voire même mentholé), avec une belle douceur des arômes. Rien de vraiment spectaculaire à mon goût, mais parfait pour une fin de soirée relax.


Texture : Lisse et doux, étonnamment limpide, léger, sans accroche... Un joli effet de fraîcheur se retrouve partout où a passé la liqueur après avoir avalé. Un fond de tasse légèrement granuleux m'indique qu'il vaut mieux ne pas boire jusqu'au bout.
La longueur en bouche n'est pas extraordinaire, mais je retrouve avec cet effet mentholé quelques retours intéressants qui viennent comme une vague sur les trois premières infusions. 
C'est de façon générale un thé très relaxant ! Par contre sur la troisième infusion mon estomac s'est mis à gargouiller de façon désagréable (ce qui m'arrive régulièrement avec les shu, j'aurais dû me méfier), du coup la suite a été plus espacée, entrecoupée d'une pause pour manger, et j'ai finalement dû arrêter prématurément. J'aurais probablement dû séparer l'échantillon en deux...


Sons : Je voulais une musique calme pour accompagner l'effet apaisant de ce thé, du coup après pas mal de recherche je me suis rabattu sur Time, de Libera. Je vous laisse vous faire votre propre idée, entre la musique et les couleurs plus bas, de l'état d'esprit qui m'animait...


Couleurs : Du bleu, du mauve, du violet, quelques pointes de rouge et d'orangé, le tout en vagues et volutes de brume lentes sur un fond sombre dont je n'arrive pas vraiment à percevoir s'il est réellement noir ou violet. Je suis étonné par l'abondance de violacé en fait, puisque souvent les shu m'évoquent des teintes rouges -- s'il fallait se convaincre qu'un Liu Bao n'est pas un shu, en ce qui me concerne je n'ai pas besoin de chercher plus loin.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire