samedi 27 février 2016

2013 – Premium Da Hong Pao, WuYi Shan, Fujian, Chine, Tea Urchin


Informations et provenance : Voici l'un des thés de l'OSV : Tea Urchin qui a eu lieu sur le Forum des Amateurs de Thé à l'automne 2013. J'ai déjà fait la présentation de l'OSV sur ce post, du coup il ne reste qu'à vous présenter le thé lui-même.
Il s'agit ici d'un Da Hong Pao, qui est un yancha, un thé de rochers en provenance des monts Wuyi dans le Fujian. Da Hong Pao (大紅袍) signifie "Grande Robe Rouge" et fait référence, si je ne me trompe pas, non à la couleur particulière de l'infusion (pourtant il y aurait eu matière là !) mais à une histoire chinoise intéressante. Celle-ci raconte comment la mère d'un empereur de la dynastie Ming aurait été guérie d'une maladie mortelle par ce thé particulier -- en remerciement envers les buissons de thé qui auraient été à l'origine du thé miraculeux, l'empereur les aurait recouvert de grands tissus rouges afin de les protéger des éléments.
Maintenant, puisque c'est un thé qui faisait partie d'une opération spéciale du forum, les retours sont nombreux et variés ! La majorité se trouvent là, mais si vous avez fait des comptes-rendus sur d'autres supports, comme d'habitude, j'ajouterai les liens ici.


Détails d'infusion : 7.4 gr. / 125 ml en poire ZiSha. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash (bu). Temps d'infusion : 10s. - 20s. - pause pour calmer l'estomac - 30s. - 45s. - 60s. Total de 5 infusions, dégustation arrêtée pour cause de maux d'estomac.


Vue : Les feuilles violet sombre semblent plutôt fragiles à première vue, mais étonnamment sont assez résistantes. C'est le rinçage en revanche qui retient toute mon attention : d'un rouge sombre, aussi foncé que ce que j'attendrais d'une première infusion, il est couvert sur le dessus de volutes d'huiles essentielles et de poussière mêlées. Ça donne un effet visuel spécial.


Odeur : Les feuilles sèches, à la sortie de leur petit sachet, on des parfums de torréfaction, de noix grillées et de quelque chose qui me semble légèrement... frais ? Fruité, floral, résineux... aucun des trois et les trois à la fois.
Lorsqu'elles sont déposées dans la théière chaude, les odeurs de noix sont toujours présentes mais elles dégagent en plus des parfums fruités, quelque chose qui me rappelle la prune ou le pruneau sec. Les feuilles mouillées, elles, sont carrément sur des arômes de cacao ! J'adore !
La liqueur est fragrante, dégage les mêmes parfums de fruits secs que les feuilles sèches dans la théière chaude (ce qui est quand un inédit chez moi), et le fond de tasse laisse échapper des effluves caramélisés.


Goût : L'eau de rinçage est si foncée et fragrante que je l'ai bue ! Peu de goût et un peu sablonneuse, mais déjà je sais que ce Da Hong Pao me plaira beauuuuuuucoup plus que tous les autres que j'ai goûté jusqu'ici : sous la saveur de torréfaction poudreuse on perçoit déjà des arômes de fruits secs, prune et abricots je dirais !
La première infusion (beaucoup plus satisfaisante que l'eau de rinçage quand même... ^^) reprend les mêmes saveurs, mais en plus concentré. Pour l'instant la torréfaction est très puissante, mais comme elle n'est pas monolithique, ça va. Il y a quelque chose derrière la torréfaction, derrière les fruits, qui laisse penser que les infusions suivantes risquent de développer une belle minéralité -- qui d'ailleurs est attendue, ce n'est pas pour rien qu'on dit que ce sont des "thés de rochers" !
La quatrième infusion voit l'atténuation des saveurs torréfiées au profit de saveurs douces et d'un arôme de fleurs très puissant en rétro-olfaction auquel je ne m'attendais pas du tout puisque les infusions précédentes étaient plutôt sur les fruits secs. C'est frais et léger, mais ça reste longtemps en bouche -- agréable !


Texture : Très ronde et enveloppante, mais aussi un peu sablonneuse sur les deux premières infusions. Un petit point désagréable : l'eau de rinçage est bien passée, mais les premières gorgées de l'infusion elle-même ont fait réagir mon estomac... La deuxième infusion confirme les choses : goût plutôt agréable, mais liqueur très agressive, au point de devoir arrêter pour manger un peu de yogourt histoire de calmer les brûlures. Si tôt dans la dégustation, ça ne m'était jamais arrivé, ce qui m'inquiète un peu je dois l'avouer.
Après la cinquième, rebelote - je crains de ne pouvoir terminer ce thé, qui pourtant est très bon au goût mais qui m'attaque trop l'estomac pour que je tire plaisir de cette dégustation.
Verdict final : probablement le meilleur DHP au niveau des arômes, saveurs et parfums, et définitivement le plus convaincant. Quel dommage qu'il soit si agressif que je ne puisse pas le boire...


Sons : "Filthy Playground" du groupe allemand Oomph! est la pièce que j'ai choisi pour accompagner cette dégustation. L'ambiance colle parfaitement à l'impression que j'ai eu de ce thé (autant la texture des premières impressions que l'agressivité sur l'estomac) -- c'est poussiéreux, "gritty" comme disent les anglophones, mais il y a une sensation de force et de complexité sous-jacente qui donne envie de tendre l'oreille pour voir où tout ça s'en va. Dommage que, dans le cas du thé, je n'ai pas pu suivre ce chemin jusqu'au bout...



Couleurs : Du rouge, du bleu, du brun, du vert en spirales et volutes colorées, toujours en mouvement et séparées en "strates". Des éclats blancs se reflètent au-dessus des couleurs, comme si le soleil venait se refléter sur l'eau d'un lac agité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire