mercredi 24 février 2016

2013 – Tea Urchin's "Gao Shan Zhai", Yi Wu, Mengla, Xishuangbanna, Tea Urchin


Informations et provenance : À l'automne 2013, quelques mois à peine après l'ouverture du Forum des Amateurs de Thé début septembre, s'est tenue l'OS (Opération Spéciale) qui demeure à ce jour ma préférée je crois. Non pas parce que les autres étaient moches, bien au contraire, mais parce que c'est avec celle-ci que j'ai fait la découverte des thés de Tea Urchin -- au plus grand bonheur de mes papilles et au plus grand malheur de mon porte-feuille. ^^
Ce thé-ci, un puerh de Gao Shan Zhai dans la région de YiWu, est l'un des six thés reçus en échantillons de 15 grammes via l'OS en question et s'il n'est pas mon favori de l'ensemble, je dois admettre avoir été impressionné par son élégance.


Détails d'infusion : 5 gr. / 150 ml en LongDan DuanNi. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion : 10s. - 15s. - 20s. - 25s. - 30s. - 40s. - pause - 40s. - 50s. - 1m. - 1m30s. - suite au jugé. Total de 12 infusions.


Vue : L'échantillon est constitué de quelques morceaux découpés d'une galette très peu compressée. Il ne faut pas se fier aux photos -- le morceau se défait quasiment en soufflant dessus. Les feuilles sont pour la plupart grandes, dans des teintes de kaki avec un joli duvet argenté au dessous, avec de longues tiges.
La liqueur est claire et limpide, d'un jaune très léger qui est mal rendu sur les photos. Beaucoup d'écume s'échappe au-dessus de la théière au moment d'infuser la première tasse.


Odeur : Les feuilles sèches ont un parfum très frais, plutôt floral avec une pointe de résine. En théière chauffée, elles prennent des odeurs fruitées de compote pomme/poire et de pruneaux secs. Les feuilles mouillées sentent très bon, ce que je trouve surprenant : au lieu de l'âcreté habituelle, je découvre quelque chose de légèrement fumé avec des notes qui me rappellent l'encens et le charbon de bois. Le parfum de fond de tasse, lui, est très musqué mais beaucoup plus "frais" que l'odeur que je retrouve chez les puerh adolescents (je pense par exemple aux Mu Shu Cha et Ming Feng 2006).


Goût : Le goût de cette première infusion est très doux, plutôt fruité et sucré avec une pointe de musc, ça me rappelle beaucoup la Bang Wei du même vendeur avec peut-être un soupçon d'amertume supplémentaire (ce qui n'est pas pour me déplaire).
Ça devient beaucoup plus floral dès la deuxième infusion, avec un courant sous-jacent de cuir et de fumée que je n'ai pas souvenir d'avoir beaucoup retrouvé sur les sheng -- peut-être est-ce une question d'âge, mon expérience avec les sheng de l'année demeurant quasi anecdotique. Quoi qu'il en soit, c'est vraiment agréable.
L'amertume est plus présente dès la troisième infusion et les saveurs qui apparaissent en retour en bouche demeurent plus longtemps sur la langue... mais c'est encore un peu court, ce qui est dommage car au goût c'est très bon. La suite de la dégustation confirmera cette impression : très agréable mais je reste un poil sur ma soif vu le prix de cette galette.


Texture : La texture est particulièrement intéressante, faite d'un filin très légèrement huileux -- c'est une texture qui fait penser à de l'huile essentielle en fait, c'est huileux pendant une seconde puis ça s'évapore en sécheresse. C'est plutôt doux sinon, peu voire pas d'aspérités en bouche, cependant j'y perçois peu d'effet sur le corps -- ça demeure un thé agréable, mais pas particulièrement marquant.


Sons : "I See Fire" écrit par Ed Sheeran, interprété par Peter Hollens, un artiste que j'apprécie beaucoup et dont j'admire le travail de dingue sur ses interprétations a cappella. Et pourtant, bien qu'elle ait tout pour me plaire, cette version n'arrive pas à la cheville de l'originale (à mon goût à moi)... Du coup, comme avec ce thé, malgré une écoute agréable je reste un peu sur ma soif musicale.



Couleurs : Les motifs que ce thé me fait voir me font penser à la pluie -- des "gouttes" blanches, bleu clair, orangées et jaunes tombent en faisant des cercles concentriques sur un fond de brume verte et noire. C'est, j'avoue, quelque chose que je ne me lasse pas de contempler...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire