vendredi 26 février 2016

2010 – Lao Cha Shu Maocha, Li Yu Lu, Xiang Zhu Qing, Feng Qing, Lincang


Informations et provenance : Échantillon généreusement offert par Sébastien (Vacuithé), que je remercie tout particulièrement pour celui-ci et les 25 autres qu'il a joint dans trois boites différentes.

Je lui cède donc la parole pour la présentation pour de mon côté me mettre à la dégustation. ^^


Détails d'infusion : 4.7 gr. / 150 ml en terre Duan Ni. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion : 15s. - 15s. - 20s. - pause - 25s. - 30s. - 40s. - 60s. - suite au jugé. Total de 9 infusions.


Vue : Ces jolies feuilles d'apparence fragile, dont les bords s'émiettent facilement, ont des teintes tirant sur le kaki et le brun avec quelques reflets rouges. Preuves d'une oxydation plus poussée que d'ordinaire ? Peut-être bien... La liqueur est d'un jaune soutenu légèrement trouble, qui devient plus foncé à mesure des infusions.


Odeur : Sorties de leur petit sachet de plastique, ces feuilles ont bien peu d'odeurs. Placées dans la théière pré-chauffée, elles dégagent des parfums terreux et résineux peu communs sur des sheng. Autant sur les feuilles humides, dans le couvercle et dans la liqueur, ce même parfum s'intensifie sur un pôle de forêt sous la pluie : bois et terre mouillée, mousse, sous-bois, résine... C'est presque effrayant. Est-ce vraiment un sheng ? Je renifle le fond de tasse pour le savoir et me retrouve le nez plein de... cuir. o.O C'est définitif : ce thé est un ovni.


Goût : Avec de tels parfums, je m'attendais à quelque chose de vraiment plus violent dis-donc ! Au contraire c'est très doux, plutôt végétal/légumes verts cuits, avec une pointe fumée et quelque chose de citronné. Pas d'amertume du tout ! C'est un peu bizarre...
La deuxième infusion est un peu plus à mon goût, un peu plus d'amertume et de texture même si on reste dans le registre légumes verts cuits qui me plaît moyennement.
Ah, la troisième déjà est plus fun ! Une note fumée s'infiltre dans la boisson, mais le côté légumes cuits s'atténue pour revenir sur du boisé. Dites donc il bouge beaucoup ce thé.
La suite s'atténue mais demeure joueuse, alternant la mise en avant de pôles fumés, légumes cuits et bois mouillé selon les infusions.


Texture : Plutôt épaisse, la liqueur me fait penser à un potage fluide. Dès le début elle tapisse la langue et les joues d'un filin gras qui retient les saveurs très longtemps, c'est vraiment particulier. D'ailleurs ça me rappelle la GuaFengZhai 2013 de Tea Urchin, qui avait la même caractéristique ! Du coup, j'avoue avoir peu prêté attention à un possible effet sur le corps -- celui sur la langue était trop étrange. ^^


Sons : J'accompagne ma dégustation de "Lullaby for a Stormy Night" par Vienna Teng -- chanson dont je ne connaissais rien avant de me perdre sur youtube. Parfois le hasard fait bien les choses : voilà une pièce charmante mais avec un je ne sais quoi qui me semble déconcertant, débalancé. Un peu à l'image que j'ai de ce thé...


Couleurs : Du vert foncé, du jaune doré, quelques touches de brun... le tout qui remue en vagues lentes qui semblent se soulever dans l'espace au lieu de se contenter d'onduler bien sagement sur l'écran de mon cerveau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire