samedi 27 février 2016

2010 – Yo Ji Cha, Jardins bio de Zhaiguoting, Lan Ting Chun, De dang (Ming Feng), Yong De, Lincang, Puerh Asia


Informations et provenance : Voici une galette achetée par l'entremise d'Olivier (Puerh Asia / Puerh.fr) à l'été 2011 suite à son article "Lan Ting Chun : l'excellence méconnue de Yong De" -- en provenance de ce qui était autrefois un jardin bio appartenant à ZhaiGuoTing (le propriétaire de LanTingChun).
Quelques notes de dégustations sont parsemées ici et là sur le net.
D'abord celles d'Olivier, contenues dans l'article sus-cité.
Celles de Sébastien sur son blog Vacuithé.
Si vous en connaissez d'autres, faites-moi signe !


Détails d'infusion : 5 gr. / 150 ml en LongDan DuanNi. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en Glass Kettle. Rinçage flash. Temps d'infusion : 10s. - 15s. - 20s. - 25s. - 30s. - 35s. - 40s. - 50s. - 60s. - suite au jugé. Total de 12 infusions.


Vue : Jolie galette pleine de feuilles peu compressées et à l'aspect bien disparates -- on y trouve autant des petites feuilles que des grandes, des bourgeons que des tiges, des feuilles claires et duveteuses et des très sombres qui de loin ressemblent à des morceaux de charbon. Visuellement ce n'est pas très affiné (plus que la version 2007 cela dit), mais c'est un fouilli intéressant à regarder.
La liqueur est plutôt trouble, d'un jaune-orangé qui devient plus sombre à mesure que passe la dégustation. On trouve sur le dessus des tasses beaucoup d'écume et de petites bulles sur les quatre premières infusions.


Odeur : Le parfum de la galette est plutôt frais -- c'est difficile à définir réellement, mais ça me rappelle l'air de campagne. Dans la théière préchauffée, je retrouve ce bon gros fruité sucré que j'aime tant sur les jeunes puerh -- quelque chose qui me rappelle la prune jaune, la mirabelle, le coing, la pâte de fruits...
Les feuilles ont un parfum très acide, rien de surprenant jusque là -- c'est une odeur qu'on retrouve sous le couvercle, mélangée à celle des feuilles en théière chaude, quelque chose à mi-chemin entre l'acide/amer et le sucré/fruité.
La liqueur a une odeur qui me fait penser à celle des aiguilles de sapin et le fond de tasse est exceptionnel, avec abondance de musc et d'ambre gris dans des nuances douces.
(Vous aurez compris, je suis fan.)


Goût : La première infusion a des arômes fumés et très résineux, j'ai l'impression de boire une infusion d'aiguilles de sapin. Une intéressante amertume porte les saveurs et les maintient longtemps en bouche.
La deuxième est semblable à la première, mais un poil plus ronde et harmonieuse -- un peu plus amère mais paradoxalement aussi plus sucrée, avec une pointe de fraîcheur en fin de bouche et une trace de quelque chose qui me rappelle le sucre vanillé une fois la gorgée avalée.
La suite voit apparaître du fumé et du cendré qui se transforme en sucre fruité. On sent bien les ressemblances à la fois avec la Yo Ji Cha 2007 et la Ming Feng 2006. Sur la sixième infusion, j'ai la surprise de découvrir une pointe réglissée en fin de gorge.


Texture : C'est doux et rond, enveloppant, ça tapisse la bouche d'un filin légèrement huileux qui s'assèche en laissant des sensations épicées en gorge longtemps après avoir avalé. Du coup il y a une bonne longueur en bouche et des retours intéressants, puisque la liqueur qui semble de premier abord un peu monolithique se dévoile et continue de se transformer -- ça vaut la peine d'attendre entre chaque gorgée du coup.
Peu d'effet notable sur le corps pendant la dégustation elle-même, mais on finit avec une belle énergie et assez de concentration pour quelques heures. Un thé pour étudiant peut-être ? ^^


Sons : Depuis quelques années, La Blogothèque s'occupe de contacter des artistes à travers le monde pour organiser ce qu'ils appellent des "Concerts (ou Spectacles) à Emporter". Le concept en est simple : un groupe de musique choisis un coin de rue dans une ville ou une autre, s'y installe et y interprète l'une de leurs pièces (et parfois plus d'une). Comme ça, tout simplement, sans annonce préalable ailleurs que sur leur site, avec une publicité minimale, juste pour le plaisir des gens qui se trouvent par hasard sur place au bon moment.
L'un de mes "concerts mobiles" préférés est celui de Beirut, qui interprète la chanson "Nantes" près d'un petit café sur la rue Oberkampf à Paris (provoc ? ^^). D'abord parce que j'aime la pièce, mais surtout parce que j'aime spécifiquement cette interprétation -- le son est loin d'être parfait, c'est brut et parfois même faux, mais quel enthousiasme de la part des musiciens ! C'est vivant et dansant, on sent (et on voit !) le plaisir qu'ont les interprètes à chanter et jouer de la musique, et tout ça me ramène au fait que c'est un peu ce que je perçois dans ce thé. C'est simple, c'est un peu brut, mais c'est bon et satisfaisant et j'aime. :D


Couleurs : C'est chargé de couleurs, mais paradoxalement c'est un mouvement tempéré qui se déploie sur mon écran mental. Des cercles orangés tournoient et dansent sur un fond constitué de plusieurs teintes de vert, de jaune et de bleu aux textures plutôt pointues, "piquantes" ai-je noté au cours de la dégustation. Le fond, qui est peu perceptible, est fait d'une teinte de noir huileuse qui me rappelle la peinture -- ces teintes du coup ne tournoient pas dans le vide mais sur une surface. (Cette dernière phrase n'est peut-être pas claire, mais c'est difficile à expliquer... allez hop, je vous laisse regarder plutôt.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire