mercredi 27 novembre 2013

2013 – Guricha, Shizuoka, Japon, Camellia Sinensis


Informations et provenance : Err... oui, alors, essentiellement c'est dans le titre, hein. Pas beaucoup plus d'informations malheureusement, même sur la page de la boutique... Encore heureux qu'on sache que c'est un thé qui provient de Shizuoka puisqu'il y a quelques années encore, on se contentait d'afficher le nom du thé et sa provenance générale (ici, le Japon).
En tous les cas, il s'agit d'un Guricha (Mushisei-Guricha, dans la famille des Tamaryokucha, plus d'informations sur le Forum des Amateurs de Thé), thé vert japonais dont on a omis l'une des étapes dans le processus de fabrication, résultant ainsi en un thé qui a tout d'un sencha (thé étuvé donc) hormis la forme roulée des feuilles !


Détails d'infusion : 2 gr. / 125 ml en Kyusu de Tokoname. Eau filtrée Brita, chauffée en continu en bouilloire de verre à une température tentativement maintenue entre 70 et 75°C (bouilloire et pichet refroidisseur en porcelaine). Temps d'infusion : 30s. - 5s. - 15s. - 60s. Total de 4 infusions.


Vue : Ces feuilles, malgré leur magnifique couleur vert foncé, sont tellement en bouillie qu'elle font encore plus penser à un fukamushi qu'à un guricha... Quelques spirales caractéristiques (et le parfum qui en émane, bien sûr) rétablissent cependant la vérité. La liqueur est d'un vert très intense, accentué par les débris de feuilles qui passent à travers le filtre.


Odeur :Le parfum des feuilles sèches est puissant : mangues et ananas, mêlé de noix et d'un pôle légèrement légumé. Dans la théière chaude, c'est une odeur fraîche de noix qui ressort, mêlée d'une pointe finement végétale -- mais dès les feuilles mouillées, ce sont les asperges, le brocoli et l'huile de noix qui se laissent découvrir. La liqueur est plus sucrée, j'y découvre l'odeur de maïs mentionnée sur le site (première fois que je retrouve la même chose qu'eux, tiens !) et le fond de la tasse reflète ce même parfum de façon plus intense.


Goût : C'est très légumier et finement marin. La première infusion est à la fois sucrée et iodée, ce n'est pas un mélange qu'on retrouve tous les jours. Lorsque la liqueur touche la langue, elle passe progressivement du salé iodé au sucré (ça rappelle presque la saveur du poivron grillé), puis revient à un salé plus doux mêlé d'un peu d'acidité...
La deuxième infusion est beaucoup plus portée sur le légume cuit -- brocoli et asperges, peut-être même une pointe de choux de Bruxelles (j'en ai mangé récemment, ça paraît ? ^^ je les retrouve dans tout maintenant !)... Le tout s'estompe lentement en vagues sucrées.
La troisième infusion, elle, accentue le pôle marin, salé et iodé -- cependant, on sent les parfums passer légèrement en retrait, malgré la persistance des sensations en bouche. Une dernière infusion plus longue confirmera cette impression.


Texture : Épaisseur lactée, voire même crémeuse -- rarement trouvé des thés qui ont une plus grande présence en bouche. Cela dit, c'est très épais mais ça n'en est pas moins fin, avec une longue persistance qui évolue dans tous les sens longtemps après la dernière gorgée avalée.


Sons : Si tôt le matin, je n'aime pas m'encombrer les oreilles avec de la musique -- je m'étais levée alors que le ciel était encore orangé de la lumière des lampadaires de la rue, on entendait à peine le son de la neige et du vent... mettre la bouilloire en route n'a créé qu'un léger cliquetis liquide.
Le calme parfait.


Couleurs : Pétales de lumière jaune clair sur fond bleu-vert pâle... L'ensemble ici n'est probablement pas le mieux rendu, beaucoup plus sombre que ce que j'ai en tête, mais je vois mal comment le refaire autrement...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire