dimanche 24 novembre 2013

2013 – Jung-jak, Corée, L'Eclos de Lyon


Informations et provenance : Voici un échantillon gentiment fourni par JMB du Forum des Amateurs de Thé, merci JMB ! ^^ Acheté à l'Eclos, qui est une boutique coréenne de Lyon, il s'agit apparemment d'une récolte d'automne. Je suis bien en mal d'en dire plus, mais à défaut, dégustons ! ^^


Détails d'infusion : 5 gr. / 120 ml. en Gaiwan JuHua et tasse de Julie Lavoie. Temps d'infusion : 45s. - 60s. - 1m.30s. - suite au jugé. Total de 6 infusions (la dernière au matin).


Vue : À première vue, ce n'est pas un thé qui donne envie -- les feuilles sont brun clair, et bien qu'elles soient entières, elles ont l'air desséchées, poussiéreuses, en fouillis... et pourtant. Dès qu'on les mouille, elles reprennent vie -- de brun, elles passent sur un vert vibrant qui rappelle les jeunes pousses de printemps (et c'est un thé d'automne !). La liqueur, elle, est d'un jaunâtre tirant sur le vert à mesure que passent les infusions.


Odeur : Les feuilles sèches sont très fragrantes, c'est ce qui m'a d'abord poussé vers ce thé -- ça part en vrille sur plusieurs types de fruits exotiques, mangues, papaye, ananas... Les feuilles dans le gaiwan chaud ont des effluves qui rappellent la mangue mêlée de noix grillées... est-ce des notes de torréfaction ?
Toutes les autres odeurs viennent confirmer les noix, y compris les feuilles mouillées et la liqueur -- mais des effluves de fruits exotiques, de mangues surtout, montent au nez si on attend un peu avant de boire ! J'aime bien, c'est très différent des thés verts auxquels je suis habituée.


Goût : Saveurs de noix, d'huile de noix même, quelque chose de végétal... Il y a de la torréfaction laissée sur la langue, mais c'est vraiment très très noix, avec une belle amertume pour porter la longueur. Les infusions subséquentes sont plus douce, toujours sur les noix mais on découvre des notes plus vertes/végétales qui rappellent un peu... euh, les choux de Bruxelles ? C'est plutôt intéressant ! Je ne suis pas habituée aux thés verts qui... euh, aux thés verts en fait. ^^ Du coup j'ai peu de références -- on m'a dit qu'il ressemblait un peu à un goût de Long Jing ? (*n'a jamais goûté de Long Jing*)


Texture : Sans surprise, c'est très huileux/gras, ça laisse après son passage un filin sur les papilles qui progressivement s'assèche et fait saliver. Les infusions finales sont moins huileuses et plus rafraîchissantes, je vois très bien ce thé consommé froid l'été pour se désaltérer puisqu'il conserve tout son goût sans devenir trop amer.


Sons : "Le Chien du Forgeron", de Manau. Le soir où j'ai bu ce thé, je me souviens, Vincent et moi papotions et nous échangions des liens de rap des années 90. Parmi ce qu'on s'est échangé, c'est celle-ci qui m'est restée accrochée en tête -- elle est à la fois nostalgique, intense, rythmée... et, ouais, surtout nostalgique, ce qui résume bien l'humeur dans laquelle j'étais à ce moment-là.



Couleurs : Jaune et vert, brun et ocre en un ballet constitué de lignes fluides... difficile d'être plus précis. À défaut, une image ! ^^


4 commentaires:

  1. JMB m'a aussi envoyé un échantillon de ce thé.
    Autant j'ai adoré le Séjak de cette boutique, autant le Jungjak dont tu parles ici m'a déçu. Je l'ai trouvé monolithique dans le côté torréfié, austère, un peu brut et pas vraiment agréable à boire. Je suis peut-être totalement passé à côté de ce thé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu monolithique, c'est vrai, austère et brut aussi... Par contre, de mon côté, je l'ai bien aimé. Cela dit, faut prendre en compte deux, non, trois choses qui peuvent expliquer la différence de perception. ^^

      D'abord, j'étais à Montréal, où l'eau et la bouilloire n'ont vraiment rien pour elles -- eau du robinet non-filtrée, bouilloire de plastique... tu vois le topo. Une Min Feng là-bas n'a pratiquement pas de goût (j'ai testé), toutes les subtilités passent à carreau.

      Ensuite, c'est une dégustation qui s'est déroulée sur 24 heures... du coup, 6 infusions sur 24 heures, alors que j'étais bien distraite et préoccupée, m'aura probablement beaucoup moins dérangé que si j'avais étalé ma dégustation sur deux ou trois heures seulement. ^^

      Et finalement, j'ai très peu d'expérience en thés verts -- j'en suis encore à demi au stade de la découverte, et celui-ci était assez différent de ce que je bois d'habitude pour piquer mon intérêt. Du coup... ^^

      Ben, du coup tu n'es probablement pas tant passé à côté que le fait que moi, je suis tombée directement dedans. ^^

      Supprimer
  2. Il n'a effectivement rien à voir avec le Sé-Jak, et le Jung-Jak de l'année passée était beaucoup plus agréable à boire.
    Le Jung-Jak doit être récolté en juin, si je ne m'abuse, et le Sé-Jak au printemps.
    Mais je n'ai pas encore fait de réelle dégustation, le buvant un peu à l'arrache au boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très différent du Sé-Jak, mais pas moins agréable à boire ! Enfin, moi je sais que j'ai passé un très très bon moment avec ce thé, donc...

      Il doit bien se prêter aux infusions en continue Grandpa Style, d'ailleurs, avec les feuilles directement dans le bol et de l'eau chaque fois qu'il en manque.

      Supprimer