samedi 23 novembre 2013

2005 – Li Shan Tie Guan Yin, Li Shan Diao Qiao Tou, Taiwan, Tea Urchin


Informations et provenance : Il s'agit ici d'un des six échantillons du pack "OSV 1 : Tea Urchin" du Forum des Amateurs de Thé. Possédant sa fiche individuelle chez ce vendeur, on y apprend (entre autres informations) qu'il s'agit d'un thé d'hiver, récolté en 2005 et ayant été soumis à un long flétrissage avant de passer au fil des années par neuf torréfactions traditionnelles successives avant d'être offert à la vente. Merci aux admins qui ont organisé cet événement !


Détails d'infusion : 5 gr. / 150 ml en XiShi DuanNi et yunomi de David Rose. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion : 10s. - 15s. - 25s. - 35s. - pause pour la nuit. Reprise : 40s. - 60s. - 90s. - suite au jugé. Total de 9 infusions.


Vue : De jolies boules bien compactes aux teintes brun clair entremêlés de reflets vert et rouge... et comme mentionné sur la page de Tea Urchin, c'est vrai qu'elles font une sorte de "ping" aigu en tombant dans la théière ! En se déployant, beaucoup d'entre elles demeurent sombres, à demi-recroquevillées -- l'effet de la torréfaction, je suppose. La liqueur passe du jaune clair à l'orangé profond, et surprise au matin ! Un épais cercle d'écume blanche lors du rinçage pré-réinfusion, alors que la veille il n'y avait rien.


Odeur : Les feuilles sèches dans leur sachet ont un parfum boisé/torréfié qui a des accents de mélasse et de réglisse. Dans la théière chauffée, elles dégagent des odeurs de bois de santal -- un parfum que je n'apprécie pas normalement, mais qui ici passe étonnamment bien. Je retrouve dans les feuilles humides un fort parfum de miel de sarrasin plutôt corsé, et la liqueur dégage elle aussi des effluves puissants, beaucoup plus frais en revanche... végétaux, presque floraux. Le fond de la tasse conserve des parfums de miel et de sucre très longtemps après que la liqueur ait été épuisée et le couvercle, lui, retient plutôt les notes boisées.


Goût : La première gorgée est intense en saveurs mêlées de boisé et de fruité -- j'y trouve du miel et de la réglisse, quelque chose qui me rappelle vaguement la sève de bouleau (résineux avec une pointe mentholée fraîche en fin de gorgée), et bien sûr le bois de santal qui est toujours bien présent dans les notes de torréfaction. Les infusions subséquentes balancent le boisé, le fruit mûr miellé et les notes réglissées, le tout laissant parfois apparaître des notes minérales qui rappellent bien qu'il s'agit d'un Tie Guan Yin originaire de haute montagne.


Texture : La texture est irréprochable -- fluide avec peu d'aspérité, mais une grande présence en bouche et une bonne longueur. L'effet sur le corps est cependant ce qui m'impressionne le plus -- peut-être est-ce le fait que j'étais déjà très fatiguée, mais quelques gorgées de la première infusion seulement et j'ai les yeux qui se ferment tout seuls !


Sons : Le silence entremêlé d'un peu de vent... en fermant les yeux, facile de s'imaginer en haut de la montagne d'où proviennent ces feuilles que je bois. Et puis les petites clochettes dans cette vidéo rappellent un peu les sons que produisent ma bouilloire de verre !


Couleurs : Violet, brun, couleurs sombres... c'est flou et très difficile à identifier, peut-être à cause de la fatigue ? L'ensemble n'est pas très clair...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire