jeudi 3 octobre 2013

2002 – Bao Yan Jincha, Xiaguan Tea Factory


Informations et provenance : Échantillon gentiment fourni par Nicolas (Le Thé et le Chemin), provenant d'un champignon à l'origine acheté chez Yunnan Sourcing mais qui n'y est plus disponible actuellement. Les informations manquent donc pour parler plus longuement de l'origine de thé -- vu sa couleur, je suspecte qu'il s'agit d'un sheng, mais je ne peux rien confirmer avec certitude. On peut retrouver les notes de dégustation de Nicolas ici.


Détails d'infusion : 4.3 gr. / 100 ml. en terre Purion. Eau filtrée Brita, chauffée en continu à 100°C en bouilloire de verre. Rinçage flash. Temps d'infusion : 5s. - 10s. - 15s. - 20s. - 25s. - 30s. - 35s. - 45s. - 60s. Total de 9 infusions.


Vue : Le puerh découvert dans cet échantillon est étrangement semblable à un morceau d'écorce -- brun violent à rouge sombre, si l'on voit bien une tige dépasser, impossible de reconnaître quoi que ce soit. Comme tous les "champignons" (Jincha), il a probablement été très fortement compressé, sans parler du dommage préalable peut-être causé aux feuilles. Mouillé, c'est la même chose -- un vrai fouilli ! La liqueur, plutôt translucide malgré de nombreux débris en suspension (quoique ça dépend des infusions, voire les photos), va d'orangé clair à orange foncé, on sent bien passer les 11 ans de ce thé.


Odeur : Aucune odeur à sec, ou peut-être à peine un très léger parfum mentholé -- cet échantillon a probablement passé trop de temps dans son petit sachet de plastique... En revanche, dans la théière chaude, ça se déploie : le menthol se confirme, on y ajoute également du cuir et un parfum de bois humide -- quelque chose rappelant à la fois le bois et les champignons, mais ni vraiment l'un ou l'autre. Il y a aussi définitivement une odeur de feu -- pas de fumée, pas de bois qui brûle, vraiment l'odeur de feu qu'on retrouve dans une cheminée fonctionnelle.
Les feuilles mouillées développent un parfum mêlé de résine et de sirop d'érable ! C'est vraiment étonnant, d'autant plus que je suis habituée à retrouver ces parfums sucrés à d'autres moments de la dégustation... Une fois passée la première surprise du sucre, j'y retrouve également quelque chose de médicinal -- c'est amer, c'est fort façon coup de poing, ça ne s'embarrasse pas de politesse et c'est là pour rester (surtout dans le nez, juste derrière le voile du palais !). Dans la liqueur et le fond de la tasse, on retrouve ce sirop de menthol frais et léger, un vrai contraste avec ce qu'on retrouve dans la théière.


Goût : Le goût est vraiment particulier -- ma première impression, c'est de sucer un bonbon à la menthe ! Et pas n'importe quelle menthe, l'une de ces pastilles roses au "thé des bois" (gaulthérie, wintergreen en anglais) qui faisaient ma joie pendant l'enfance. C'est étonnamment sucré. Boisé aussi, résineux même... Les infusions subséquentes développent ces arômes de menthol, de bois et de résine, sans jamais vraiment évoluer au-delà de ce premier contact mais en amplifiant les arômes et en y ajoutant de temps en temps ce léger goût de feu de bois que je retrouvais au nez. Monolithique ? Un peu, oui... mais pas de façon désagréable.


Texture : La liqueur est huileuse et prend la bouche d'assaut comme un grimpeur attaquant sa première montée de l'Everest -- avec prudence et enthousiasme. Nicolas parlait d'un thé qui ancre à la terre, aide à la méditation -- bien qu'il semble avoir évolué depuis (l'effet d'avoir été collé dans son sachet à d'autres galettes peut-être ?), je suis d'accord sur l'aide à la méditation. En revanche, vu comme les arômes me montent à la tête, je ne peux pas en toute conscience dire qu'il s'agit d'un thé qui m'ancre au sol !


Sons : Eh bien, puisque l'on est dans la méditation... allons-y carrément avec les bols tibétains ! :) J'ai choisi le son d'un bol à résonance grave, non pas pour faire penser à la terre ou pour faire appel aux chakras (ici racine et coeur), mais parce que les sons graves et les vibrations sont en général les sons qui calment le plus rapidement. On le voit en méditation, on le voit aussi avec les enfants... Je trouvais que ça complétait bien l'effet de ce thé.



Couleurs : Teintes de jaune et d'orangé sur fond brun doré, avec des tourbillons de lumière bougeant en sens contradictoires -- certains de gauche à droite, d'autres de droite à gauche. Quelques pépites de rouge et de bleu se camouflent aussi dans les coins...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire