samedi 4 février 2012

2010 – Ye Sheng Cha, Lan Ting Chun, Zhaiguoting, arbres sauvages de Da Shue Shan, Yong De, Lincang


Informations et provenance : Olivier Schneider, de puerh.fr, a publié ici un article au sujet du créateur de cette galette : Lan Ting Chun, l'excellence méconnue de Yong De. Il s'agit ici d'une galette de type sheng constituée de feuilles provenant de véritables arbres sauvages de la région de Lincang. Olivier en parle beaucoup mieux que moi, je ne peux que recommander chaudement son article (ainsi que les autres !).


Détails d'infusion : 4 gr. / 150 ml en XiShi DuanNi. Temps d'infusion : 10 - 20 - 30 - 40 - 1m. - 2 m. - suivantes au jugé. Un total de 10 infusions.


Vue : Visuellement, je dois avouer que c'est l'une des galettes qui me plait le plus. De longues feuilles et bourgeons entremêlés, avec des couleurs aussi diverses que brillantes -- du jaune, de l'orangé, du rouge vif, du brun-violet, du vert jaunâtre, du vert clair, du vert foncé et même une sorte de blanc-vert crémeux rappelant la teinte de certains bourgeons de thé blanc. La liqueur, elle, est orangée et claire, d'une jolie translucidité et très peu de dépot.


Odeur : C'est chaud, c'est frais, c'est humide, ça évoque le soleil d'une journée du début de l'été. Contradictoire ? Certainement... mais je préfère appeler ça "contrastes". Déceler une odeur connue est extrêmement difficile -- c'est coloré, c'est éclatant, ça rappelle la nature. J'allais écrire "la forêt", mais la vérité, c'est que je n'ai jamais marché dans une forêt qui sent comme ça ! Olivier, dans son article, parle de "citronné", mais j'admets que je ne l'ai découvert qu'à la toute fin, lorsque les feuilles ont presque tout donné. En revanche, j'ai bien perçu une certaine amertume, ou plutôt une sorte d'acidité amère dans la première bouffée suivant l'humidification des feuilles, amertume qui s'est dissipée dans les quelques secondes suivant sa perception et que je n'ai plus retrouvée par la suite.


Goût : Le goût m'échappe, je suis incapable d'y retrouver quelque chose de connu. C'est une saveur douce et puissante à la fois, qui comme le parfum m'évoque la nature. Il y a quelque chose de fleuri, mais ce n'est aucune fleur que je connais... il y a quelque chose de végétal, mais là encore, je ne saurais déterminer avec précision s'il s'agit de feuilles, de sève, de légumes ou d'autre chose. Les saveurs sont complexes, mais tenter d'en attraper une me fait perdre les autres de vue. Je ne sais pas si c'est dû à mon ignorance en matière de puerh, de mes temps d'infusion courts, de ma théière peut-être désadaptée à ce thé particulier... un mélange des trois, peut-être, il faudra que je le regoûte avec d'autres paramètres.


Texture : Une texture fine, plutôt liquide et coulante, mais peut-être est-ce dû à mes temps d'infusion légèrement trop courts. Une très légère amertume rêche au fond de la gorge me rappelle brièvement l'écorce, les parois rapeuses d'une falaise, quelque chose de brut qui soutient les sensations avec délicatesse mais fermeté. Et au terme de 6 infusions, déjà, je me sens à la fois calme et pleine d'une étrange énergie tranquille, centrée et bien ancrée au sol.


Sons : Cette fois, j'ai eu envie d'accompagner ma dégustation d'un CD maison sur lequel j'ai rassemblé plusieurs morceaux de groupes metal germaniques. La première chanson du CD, Augen Auf!, du groupe Oomph!, joue avec la subvertion de l'innocence enfantine en reprenant les paroles traditionnelles allemandes du jeu de cache-cache ("Eckstein, eckstein - alles muss versteckt sein") pour en faire quelque chose d'effrayant, à la limite du glauque assumé -- une subvertion qui est d'ailleurs plutôt bien traduite en images dans le clip de la chanson.


Eckstein, eckstein - alles muss versteckt sein Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-OOMPH,AUGEN-AUF,100620974.html
Eckstein, eckstein - alles muss versteckt sein Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-OOMPH,AUGEN-AUF,100620974.html
Eckstein, eckstein - alles muss versteckt sein Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-OOMPH,AUGEN-AUF,100620974.html

Couleurs : Difficile à décrire... presque aussi difficile que le thé lui-même ! Des éclats de vert, de bleu, de jaune-orangé, de blanc qui forment un motif presque inextricable, une image qui se modifie dès qu'on détourne le regard.

3 commentaires:

  1. Celui la, je l'ai goutée mais dans ta description mais j'ai plus sentis le côté citronné dans le gout que dans l'odeur.
    Encore un article qui vaut le coup.

    RépondreSupprimer
  2. PS : Pourrez tu me contactez par mail ?
    à bezdemsn@live.fr
    Merci

    RépondreSupprimer